Dire Straits

le

 

Été 77 – New York, la canicule frappe et le serial killer David Berkowitz alias « le fils de Sam »se fait arrêter, et écope de 365 ans de prison. De l’autre côté de l’océan, à Deptford, au Sud-Est de Londres, les deux frères David et Mark Knopler forme, avec le bassiste John Illsley, le groupe Dire Straits.
Naîtra le tube, Sultans Of Swing, qui sera comme une hymne, que dis-je, une ode à ce groupe qui marquera l’histoire avec son rock, country, et blues.

 

Mon histoire commence grâce, encore une fois, à mes parents.
Tandis que le groupe Creedence s’est imposé tardivement dans mes oreilles par mon père, alors que la musique de Dire Straits est apparu dans ma jeunesse bien plus tôt. Et cette fois-ci par ma mère.

En partie avec cet album best-of, nommé Money For Nothing : 

Dire Straits – Money For Nothing (best-of) – (1988)

Ce CD 12 titres fut longtemps dans l’autoradio du 4×4 de mes parents.
J’entends encore la mélodie de Sultans Of Swings et de Walk Of Life, qui résonneront à tout jamais dans ma tête.
Comme une berceuse, une trotteuse qui se fredonne sans cesse, on a du mal à s’en défaire. Et pour une fois, c’est plutôt plaisant d’avoir ce genre de morceau en tête toute la journée.

Comptant 6 albums studios dans leur discographie, sortis entre 1985 et 1993, et plus quelques lives et de nombreux best-of qui compile, dans certains, quelques titres de Mark Knopfler. Ce best-of composé des principaux titres phares du groupe, manquera pour certains de titres franchement aussi incontournables.

Pour cela, il vous suffit de plonger dès les premiers albums indispensables à votre colonne de CD Ikéa (qui se nomme tout simplement la BENNO) qui sont : Dire Straits, Making Movies, et Brothers In Arms.

Pour les plus puristes la discographie studios complète (et même 2 lives) du groupe, c’est sur Spotify ou sur Deezer : http://www.deezer.com/artist/176

Avant de compléter ma collection vinyle, je vous laisse donc avec ce best-of, et ce groupe fort distrayant.

 

Il y a des groupes qui reste à jamais dans les tiroirs, dans les cartons, ou au grenier à prendre la poussière.
Des groupes qui méritent un second souffle, que ce soit sur votre platine CD ou vinyle. A qui on redonne l’espoir d’exister encore.
Ces groupes ont eu leurs heures de gloire. Ils ont su marquer l’histoire avec leurs musiques.
Des groupes qui n’ont rien à faire dans vos tiroirs, dans vos cartons, ou dans vos greniers.
Des groupes qui sont vivants à jamais, qui sont à jamais démodés. Pour qui le second souffle se fait nostalgique, nous rends encore plus vieux, nous fait aimer et partager.
Partager des sons tels que ceux des Dire Straits nous rends collectionneurs.
Fins gourmets que nous sommes en redécouvrant ces années 80-90, à l’époque où le disco prenait place, où la danse envahissait les ondes, où Skyrock passait du rock.
Il y avait encore et toujours du rock, du blues parmi les tubes de nos booms rythmés par les synthés ultra colorés, pour laisser place aux chevelus, aux barbus habillés de jeans troués.
Amateurs à l’oreille délicate, une fois de plus, la musique nous rappelle, que… c’était mieux avant.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s