London Grammar / Hell To The Liars

le

De belles choses, il y en a dans ce deuxième album des anglais de London Grammar.

Portée par la voix angéline très très haut perchée d’Hannah Reid, le trio remarqué en 2013 avec leur premier E.P.  et notamment ce titre :

Puis ensuite celui qui a fait sensation, le très beau et envoutant « Wasting My Young Years »

Un premier album haut en mélodie et en voix, « If You Wait » fait transpirer et chavirer vos petits cœurs sensibles. Ambiance trip-hop, les instruments (guitares, pianos, batterie) se veulent discrets tandis que la voix d’Hannah transperce les enceintes.
Intimiste, innovant, bouleversant, « If You Wait » se fait remarquer en beauté et se pare de belles mélodies : « Hey Now », « Wasting My Young Hears », « Sights’, « Strong » ou encore « Metal & Dust »

2017, l’album est attendu au tournant et plusieurs titres viendront ravir les impatients et fan de la première heure : « Rooting For You », « Big Picture », « Oh Woman Oh Man » pour les citer.
Puis le grand jour arrive, ce deuxième album paru ce mois-ci qu’on écoute, qui aspire à la même formule que son prédécesseur se laisse écouter sans rechigner.
Bien qu’il soit une immense (com)plainte d’une heure, j’ai recelé quelques pépites en lui.

Bien sur il y a le langoureux titre qui nous plonge en pleine faune sauvage « Rooting For You », la joie de retrouver ces mélodies tout en douceur, qui ne décollent jamais vraiment, « Big Picture », « Wild Eyed », « Oh Woman Oh Man » qui se grandit dans les refrains, « Non Believer » s’emparera bientôt des ondes avec son air entêtant, puis « Bones Of Ribbons » change un peu cette ambiance morose.

Mais un titre (voir deux) ont étaient grandements appréciés par leurs puissances (on ne le répétera jamais assez mais Hannah fait des miracles au micro)
Il s’agit du titre « Hell To The Liars » et cette montée musicale inspirée qui nous transporte réellement sur Pandora.

Une épopée majestueuse, belle et bouleversante de 6 minutes qui vaut le coup d’oreille pointu et aiguisé. Il en sera de même sur la ballade finale « Truth Is A Beautiful Thing » et ce piano magique, cette envolée pénétrante, déchirante…

 

Bref je ne sais plus quoi vous dire pour vous pencher avec fougue et passion sur ces deux titres et si vous êtes plus aguerri (et fan) que moi foncez sur l’album.
A mon goût, il est plutôt bon dans son entièreté (grâce aux quelques titres cités et au fameux « Hell to the Liars ») si on fait abstraction du premier opus, mais trop similaire, trop langoureux et trop compatissant (la voix d’Hannah on aime , on aime pas !)

Tant bien que mal, on admire la performance de madame, et de l’ensemble poétique, mélodieux, presque chorale (alléluia Hannah !)

Bonne écoute !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s