Cage The Elephant / Unpeeled

Chaque mois retrouvez notre sélection d’albums coups de cœur à écouter :

CAGE THE ELEPHANTcte_unpeeled_cvr_c6921
Unpeeled
sortie le 28 Juillet 2017

?????


* Sweetie Little Jean (pour ses violons percutants)
* Take It Or Leave It (pour son côté un peu funky, qui ne parait pas vraiment dans le dernier album que je connais « Tell Me I’M Pretty »)
* Too Late To Say Goodbye (prend une autre dimension avec les violons sur les refrains)
* Punchin’Bag (pour cette énergie impeccable et cette version épurée)
* Shake Me Down (pour cette énergie sur les refrains et cette belle acoustique sur les couplets)
* Trouble (pour la pause balade qui s’apprécie le temps de quelques minutes, cette basse légère et cette envolée live)
* Ain’t No Rest For The Wicked (Jack White aurait pu l’écrire, une belle pépite blues comme on aime !)
* Aberdeen (les violons toujours et cette énergie live qu’on ressent dès les premières secondes…un joyeux boxon dansant !)
* Golden Brown (belle reprise pour celle-ci, une autre ballade folk dès plus appréciables)
* Cold Cold Cold (pour le gimmick et le riff et une version plus souples dans les couplets)
* Back Against The Wall (toujours cette rythmique White… White Else ?!)
* Cigarette Daydreams (c’est beau tout simplement… puis ce piano…bref, une ballade fin de vacances !)

Hiver 2015, le site s’emballait pour les rockeurs américains de Cage The Elephant. Rock garage, punk qui tache, entre Black Keys et un certain White, la bande à Schultz revient plus en forme que jamais avec cet album épluché, dépouillé, fourre tout, « best of », unplugged, revisité de versions acoustiques variées et en lives !
Unpeeled se pare de 21 titres des quatre premiers et derniers albums du groupe sorti entre 2008 et 2015.

Des titres donc qui s’offrent de versions plus brutes, plus natures et acoustiques, avec des instruments variés : orgues, violons, synthés vintage…
Egalement figurent 3 reprises : « Whole Wide World » de Eric Goulden, « Instant Crush » des Daft Punk et « Golden Brown » des The Stranglers.
En oubliant « Instant Crush » qui (pardonnez moi) fait un peu tâche dans cet album…
On découvre et on re-découvre les titres dans un autre format, plus court parfois, plus direct, plus proche du public, un album nostalgique qui permet de se replonger dans les 4 albums du groupe et de ses titres phares.

Plutôt que de nous pondre un album best-of sans réelle nouveauté, Cage The Elephant a ré-enregistré tous les morceaux et remastérisé le tout en studio.
Du live dans ton salon à l’état brut, de belles versions travaillées, entraînantes mais où il m’est difficile de tout vous détailler « morceau par morceau » tant les versions sont redécorées, embellis et plus épurées et ne me permettent pas de comparer les versions de cet album avec leurs versions originales.
Un exercice pour le groupe qui est réussi et ferait presque oublier les versions que l’on connait.
Il font de cet album la culture du « best of » un peu ringarde et donne l’exemple en proposant non pas quelque chose de nouveau dans le style, mais quelques chose de professionnel, de généreux et maîtrisé par la recomposition et (ré)enregistrements des titres.

Le rock garage, le blues, la country, les ballades folk tout ça donne un bel album qui revit avec ses titres écorchés, taillés pour la scène.
C’est propre, puissant, jouissif, solaire et en cette période un peu creuse en sorties musicales ça fait du bien et il ne faut surtout pas passer à côté de ces gentlemens !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s