La vérité de Kamasi Washington

Kamasi Washington, deux mondes en un nom, la rencontre de deux continents et une vibration tellurique et massive qui se transmet par la grâce du saxophone à travers d’amples mouvements musicaux qui sont-eux-mêmes des territoires à explorer. Tradition et changement, il n’y a pas de privilèges pour l’un et l’autre, les deux s’observent et se rassemblent et le progrès n’oublie pas d’avoir de la mémoire. Les expérimentateurs savent qu’ils ne sont capables de produire ce qu’ils font seulement grâce au travail des défricheurs précédents. Il convient de rester modeste, « des nains sur des épaules de géants ». Cela peut se dire du jazz, ou de toute autre musique ou art,  comme de la science.

Kamasi Washington avait livré 2h53 minutes de musique endiablée sur ‘The Epic’, un disque à tiroirs qui s’offre à qui veut bien vendre son âme à la beauté plus de 45 minutes et sans coupure publicitaire. Il fait son retour avec un EP qui porte le nom de ‘Harmony of Difference’ et la grande unité ne peut que se former autour du californien. Unité de valeurs autour des titres : ‘Desire’, ‘Humility’, ‘Knowledge’, ‘Perspective’, ‘Integrity’, ‘Truth’, ce que l’on veut pour soi-même et ses enfants, bréviaire simple et nécessaire d’une vie qui se voudrait tout à la fois ordinaire et puissante. Unité de lieu : de la terre dans laquelle l’arbre de la couverture plonge ses racines aux ardents rayons du soleil Ipanemien de la chanson ‘Integrity’. Unité des sentiments transmis : passion, patience, sagesse.

L’unité se dessine surtout dans ‘Truth’ qui boucle le cycle court de cet EP et rassemble les éléments éparpillés le long des 5 chansons précédentes dans un thème de 13 minutes et 30 secondes, une inversion du processus de dérive des continents toujours à l’œuvre : un retour à Pangée. Il y a le chœur qui draine les peines, il y a la batterie qui débarrasse de toute mélancolie, le saxophone virevoltant de M. Kamasi, la composition incandescente de Dr Washington. Si en début d’année, un jeune homme a tenté de  nous transmettre avec dévouement tout l’amour qu’il avait pour le jazz (intention des plus louables) dans un coup de force cinématographique sucré et un peu suranné, il suffit de 810 secondes à Kamasi Washington, californien comme le film, pour faire aimer le jazz et comprendre sa joyeuse imprévisibilité.

E.P. Harmony Of Difference (septembre 2017)

Album The Epic (2015)

Publicités

Un commentaire Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s