Franz Ferdinand / Always Ascending

Chaque mois retrouvez notre sélection d’albums coups de cœur à écouter :

FRANZ FERDINAND
ALWAYS ASCENDING
sortie le 09 Février 2018franz_Always_Ascending


*Always AscendingTITRES CONSEILLES
*Lazy Boy
*Paper Cages
*Finally
*Lois Lane
*Huck And Jim

C’est qu’ils ne sont plus tous jeunes nos Franz Ferdinand, il y a 14 ans, Europe 2 et la France dansaient sur « Take Me Out ».
Coup de vieux assuré avec ce groupe qui rentre dans nos oreilles en 2004, avec son premier album et donc son premier succès !
Du chemin, ils en ont fait, entre tournée planétaire, albums studios entre 2004 et 2013, autre formation (nommé FFS avec le groupe Sparks)  et album en 2015, ils reviennent en forme et en studio, cette année avec « Always Ascending ».

Je ne suis pas le mieux placé pour parler de ce groupe, mais leur son m’avait transcendé en 2004, avec « Take Me Out » que l’on connait tous. Donc le premier album que j’avais survolé à l’époque, puis celui sorti en 2013, nommé « Right Thoughts, Right Words, Right Action » que j’avais aussi écouté.

Mais toujours conquis par leurs sons funky, disco rock, avec cette voix reconnaissable d’Alex Kapranos qui a la particularité d’aborder un look parfois déluré qui se transmet également dans sa façon de chanter.
C’est sans grande attente particulière, plus un réel plaisir de retomber dans les années 2000-2010, qui m’a poussé à l’écoute de celui-ci.

« Always Ascending » démarre sur une intro vaporeuse pour mieux franchir le pas de la porte du club Franz Ferdinand et son ambiance électro-disco.
Rythme funky et rock assuré, guitares avec le sens du groove, refrain progressif entêtant mais un peu facile parfois…que voulez -vous, les pieds battent la mesure, la tête acquiesce en rythme, le cerveau ne répond plus de rien, on se laisse bercer et ce n’est pas fini !
Belle entrée en matière également avec « Paper Cages » qui me fait un peu penser a un son sorti du cerveau des General Elektriks.
Une partie funk très disco en début d’album, puis un peu plus vintage et varié sur la deuxième partie de l’album.
« Lois Lane » et son synthé rétro, cette ligne de basse et cette ambiance terrifiante.
Qui soit dit en passant et se retrouve sur beaucoup de titres de FF, une ambiance flippante. Dans la pénombre un soir d’Halloween par exemple, un mauvais thriller avec tous ses clichés. La voix d’Alex me fait peur oui, parfois nous sommes bien dans un film d’horreur, où on imagine un clip terrifiant.
« Lois Lane » en est de la partie, « Huck and Jim » encore plus.

L’ambiance générale se veut nostalgique pour ceux qui ont connu les FF dans leurs folles années d’ados, les quadras parlent au (presque) quadras et finalement c’est ce qu’on retiendra de cet album, sans grande surprise, qui fait le job, et c’est ce qu’on demande finalement !

Bonne écoute !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :