Bob Marley

Il y a plusieurs belles choses qui commencent avec Bob Marley.
Il y a de nombreux souvenirs d’adolescence, souvent estivaux et familiaux.
Puis il y a cette envie, à toute heure, de se passer un morceau de l’immortel rastafari le plus populaire de la planète. Que ce soit en fin de journée, dès les premières apparitions d’un rayon de soleil, où en plein hiver quand l’attente des beaux jours est trop forte. On résiste. On veut de la chaleur, faire péter les boutons de son duffelcoat, virer cette écharpe et ce bonnet qui grattent, on veut du soleil bordel !
Alors cet hiver 2018, à l’occasion d’un anniversaire d’album qui fêtera ses 60 ans cette année (l’album « Kaya »), et de ses 73 bougies si il était toujours présent (le 6 Février dernier), je te replongeais dans le meilleur de Marley, en albums et en best of « monstre » !
Petit récap en aperçu, souvenirs et musique !

On a tous en nous quelque chose de Marley (ou de Johnny)
On a tous un souvenir, un moment de vie qui nous revient en tête à l’écoute d’un morceau de Marley.
Si j’ai ton attention, remémore toi au moins un morceau et un souvenir.
Si tu n’en as point, il serait temps d’en créer un (on dirait un slogan pour Facebook, ou une marque d’appareil photo)
Maintenant que tu en as un, permets-moi de te faire part du mien.

Il serait sur le titre ‘Is This Love » (issu justement de l’album « Kaya » sorti en 1978).
Nous sommes en été, quelque part entre Pramousquier et Gruissan dans l’Aude.
Pour l’année, je dirais 1999-2000, ou moins je ne sais plus, peut être 1997 finalement.
Qui dit été, dit plage en famille et entre cousins(es), et pour les plus imaginaires d’entre vous, premiers baisers, bains de minuits, coucher de soleil, marché de nuit, bracelets brésiliens et colliers  – avec une petite planche de surf en métal au bout sur lequel est inscrit « Surf »-  diabolo, chouchous, volley, foot, beignets, bodyboard et cheveux mouillés sur torse imberbe. Les filles qu’on déshabille des yeux, paraissent…inaccessibles, bien trop occupées à regarder celui qui surfe au loin et qui a attrapé une bonne demi-douzaine de méduses (à mains nues, l’enculé !)
Maintenant que je vous ai fais rêver, sachez que j’ai entre 12 et 14 ans donc et, certes je suis un excellent bodyboarder, mais j’ai rien dans la tête et rien dans le slip. Mise à part chouffer la gazelle entre cousins, taper dans la balle et écouter NTM, Doc Gynéco et donc Bob Marley (ah si je bouffe surement des glaces, pizzas et autres !)
Et qui dit été, dis aussi « Luna Park » et autre « Vogue », animations, bal musettes et feu d’artifice en bord de mer. Où après une soirée, qui dans ma tête se devait être mémorable, je m’extasie et m’écroule de fatigue dans un lit « Pierre et Vacances » (ou Maeva tout dépend de l’année exacte) en haut d’un immeuble cossu, fenêtre ouverte où résonne en bas de la tour, en écho et en stéréo, le morceau qui sent l’amour dans nos têtes, mais pas dans nos cœurs, « Is This Love » :

Bien que je devais déjà surement connaitre ce titre, c’est en vinyle qu’il a du se produire mon engouement pour Bob. Je n’ai pas le souvenir de l’avoir entendu à cette époque.
Ce vinyle qui fête donc ses 30 ans, que j’ai du découvrir dans les années 90, c’est bien entendu « Kaya ».

« Kaya » qui se lisait dans un pavillon parisien, dans les sillons d’une chambre avec mezzanine, où l’on entendait ces titres et tubes légendaires.
« Kaya » qui se révélait festif, amoureux, rempli de belles ondes positives à mes yeux et à mes oreilles.
Du bonheur dans la tête, un festival d’été dans mes oreilles, et même pas ne serait-ce qu’un bout de chichon au bord des lèvres (la vie est mal faite parfois !)

Dans l’étagère à vinyle, toujours dans cette chambre du Val d’Oise, se laisse apercevoir une double galette, à la pochette attirante, « Babylon By Bus ». Un double album de 13 titres, sorti la même année. Il tournera pour les titres en lives  « Stir It Up », « Lively Up Yourself », « Is This Love » et « Jammin » (à l’époque !)
Mais c’est bien plus tard, toujours à l’époque des mes années d’athlète et prestations en bodyboard assez bluffantes, qu’un best of, sorti en 2002 sur CD, le best-of qui je pense est une des compil de Bob les plus vendues des dernières décennies.
L’album « Legend » et ses 16 titres et tubes coups de cœur, qui tourne sur la route pour aller sur la côte ouest de l’Espagne. La merveilleuse et mystérieuse Galicie.

(mettre album legend)

Plus tard ce sera, « Exodus » et enfin « Natty Dread » qui viendront trôner dans une étagère Drômoise, en vinyle, courant 2017.
Il y a encore de belles pépites à découvrir et surtout à se procurer.
Et pour le reste, je t’invite à cliquer pour découvrir et ré-entendre le meilleur de Bob Marley en 50 titres.
Le printemps arrive à grands pas, ce serait dommage de rater cela…

Playlist Best Of

 

IMG_6128IMG_6129

 

L’album où tout à commencé avec l’édition vinyle de mes parents
Kaya (1978)

L’album live où tout à commencé avec l’édition vinyle de mes parents
Babylon By Bus (1978)

Le Best-Of qui a tourné en boucle dans la voiture – Legend (1984)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :