Ben Harper & Charlie Musselwhite / No Mercy In This Land

Chaque mois retrouvez notre sélection d’albums coups de cœur à écouter :

BEN HARPER & CHARLIE MUSSELWHITE
NO MERCY IN THIS LAND

sortie le 30 Mars 2018NoMercyInThisLand-1.jpeg


*Bad HabitsTITRES CONSEILLES
*The Bottle Wins Again
*When Love Is Not Enough
*No Mercy In This Land
*Movin’On
*Nothing At All

 

 

 

Le petit Ben Harper devenu grand, dont les formations sont multiples, en passant par le gospel « The Blind Boys Of Alabama », ou encore les « Innocent Criminals », puis ensuite les « Renlentless Seven », et même sa maman Ellen, nous a fait la joie le mois dernier d’inviter l’harmoniciste Charlie Musselwhite, qu’il avait déjà invité sur l’album « Get up ! » sorti en 2013.
C’est cette-fois ci, c’est avec « No Mercy in This Land« , qu’ils reviennent tout en blues !

Ben Harper, maitre incontesté de la folk depuis 1992, qui est pour moi, une des références ultimes du genre dans le monde moderne (et d’époque) des guitaristes acoustiques folk, country et blues.
Rares sont les fois ou j’ai été pleinement déçu par le californien, tant sa discographie et sa palette musicale et artistique est généreuse. Artiste qui m’a également fait découvrir son petit protégé de l’époque Jack Johnson, 

Alors forcément, Ben Harper pour moi c’est une jeunesse un peu hippie. Quand tu te laisses pousser la barbe et les cheveux, puis que tu es fièr d’écouter autre chose que du rock qui tâche ou du rap qui fait peur à tes parents.
C’est un peu une pause dans ta vie d’ado, alors que tes voisines de casiers ont écrit « Tracy Chapman » dessus, tu fais ton romantique en écoutant ce titre « Walk Away » :

Plus tard, elles écriront « Ben Harper » sur leurs sac à dos Eastpak, en attendant, avec ces nombreux titres qui ont fait de moi un homme, dans le désordre « Diamonds On The Inside », « Forever », « Amen Omen », « Waiting On An Angel », « She’s Only Happy In The Sun »… c’est sans grande attente particulière, juste le plaisir de passer un bon moment en sa compagnie, que j’ai écouté celui-ci.

Sachez que Ben Harper, ne m’a pas laissé que des traces pour novices de l’amour, c’est récemment sur le tard que j’ai su apprécier son éventail penché vers le blues, et c’est tout bonnement que je me suis laissé porter par cette ambiance sur ce nouvel opus.

Difficile de trouver médiator à son doigt (comprenez « difficile de trouver chaussures à son pied ») en écoutant les prémices de cet album.
Faut aimer le blues certes, l’harmonica et les haricots rouges.
Attention quand même, les haricots rouges c’est une vieille histoire de cow-boy dont j’ai l’image seulement (et fort heureusement !) et je me dis que ce n’est peut être pas la meilleure critique que tu ais lu jusque là ! Et si ton désintéressement pour la country, les cow boy, le blues et les haricots se fait, sache que cela me désole pour la suite !
Car oui, on y trouve des chansons, sur fond de galop sauvage, de duel interminable sous un soleil de plomb, de bagarre dans les saloon, de vautours errant au dessus des cadavres et forcément de boites de haricots froids au coin d’un feu éteint, mais pour cela, il faut pousser l’écoute jusqu’au quatrième titre, « The Bottle Wins Again » qui transpire de toutes ces actions et cette lourde atmosphère !
Et si tu es plus petites ballades au coin du feu avec ta moitié, tu trouveras ton bonheur avec la chanson (spéciale haricots rouge) « When Love Is Not Enough ».
Puis si elle ou il t’emmerde, tu creuseras sa tombe, (après un bon coup de pelle c’est mieux !) sur le titre suivant « Trust You To Dig My Grave ».
La complainte suivante ferait revenir le plus grand des méchants dans tout bon western qui se respecte, « No Mercy In This Land », fait trembler tes guiboles comme la brindille aux lèvres d’un certain Lucky Luke (ma culture western est très limitée comme tu peux le voir !)
« On passe aux saloon, je vous ai fais des petits fours ! Tiens, regardez sur la scène, une des filles de joies de Westworld montre ses gambettes sur « Movin’On »..
La température monte Little Joe, range ton pistolet ! » (extrait de mon prochain film qui sortira un jour ou pas, dans les salles très très obscures !)

Après s’être fait poursuivre par le plus grand caïd de l’est, battu quasiment à mort en duel, fait l’amour au coin du feu en solitaire avec sa conserve de haricots rouges, et danser le jive avec une prostituée robot (ou Chris Marques, je ne sais plus !), toute cette action m’a donné envie de partir au soleil couchant : brindille à la bouche, la cartouche dans le chargeur, la fleur au fusil, monté sur mon grand cheval, au pas, l’air conquérant, racé d’une longue journée dans le parc de Ford, ou dans une BD western à succès, c’est détendu du gant que je m’écoute dans mon ipod « Nothing At All », le dernier titre de ce 10 titres.
Ce foutu album qui m’a plu, qui m’a fait dérailler, partir très loin je l’admets, dans des anecdotes un peu coton, mal dites ou puériles, bref j’en suis pas moins rassasié et agréablement content de cet album de l’oncle Ben et son neveu Charlie (ou l’inverse, je ne sais plus !)
C’était bien cool de vous avoir dans mes oreilles, dans mon film et dans ma bande originale. On se retrouvera les kids !

Bonne écoute !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :