Paul McCartney / Egypt Station

Chaque mois retrouvez notre sélection d’albums coups de cœur à écouter :

PAUL MCCARTNEY
EGYPT STATION

sortie le 7 Septembre 2018
TITRES CONSEILLES

*I Don’t Know
*Come On To Me
*Happy With You
*Who Cares
*Fuh You
*People Want Peace
*Dominoes
*Caesar Rock
*Despite Repeated Warnings

Qui dit nouvel album de Paul McCartney dit forcément engouement, excitation, joie, écoute attentive et méticuleuse.
Celui-ci était attendu avec autant d’envie de le découvrir que n’importe quel album du Sir.
Beatles Fan oblige, mais plus sur les époques et albums Beatles que sur chaque Beatles en solo !
Alors que mes oreilles palpitent tout au long de l’année sur n’importe quel album des quatre garçons dans le vent, il est vrai que ma reconnaissance envers McCartney (en solo) est quasi-naissante. Peut être du à un concert en 2015…
Bref, « Egypt Station » entre en gare, et cause pas mal de retard à mes autres écoutes musicales quotidienne.
Mais que voulez vous, on a envie de le savourer, de se l’approprier.
Et d’en parler un peu surtout,  de l’écouter, puis de l’écouter et de l’aimer encore plus avec le temps…

Tout ou presque a été dit sur ce 17ème album de McCartney.
Du génie, au très très bon, du retour aux sources, au meilleur album des deux dernières décennies, il est, quoiqu’on en dise, toujours dans le coup (et on n’en a jamais douté !)
Que d’éloges sur « Egypt Station » : de la promo de dingue, au teaser, extrait, interview, révélations, singles, live et maintenant tournée mondiale, McCartney ne se repose jamais et c’est assez fou, et mérité, cet d’engouement qu’il y a autour de lui ces derniers temps !

Le chaman de Liverpool, la mascotte de l’Angleterre impose le respect à chaque intonation de voix, à chaque riff de guitare, à chaque note de piano, à chaque déplacement, à chaque apparitions dans les émissions à succès Outre-Atlantique.
On ne parle et on ne voit que lui depuis ces fameux titres « Come On To Me » et « I don’t know » révélés en Juin dernier.

Titres qui laissaient paraitre quelque chose de bon, de bien construit, arrangés aux petits oignons.
Même si la critique générale est moyenne sur le titre « Come On To Me », elle reflète du début à la fin, de la construction du titre aux  harmonies multiples et à son timbre rock, l’incantation très Beatles !
Toute la recette y est. Toute pas vraiment, il nous manquait une ballade au piano et à la guitare. « I don’t know » l’a fait.
Deux singles, deux états d’esprits, deux genres qui nous rappellent la vague Beatles qui a traversé le Monde et qui suscite énormément d’intérêt encore aujourd’hui.
C’est peut être après que les choses se sont embourbés pour la critique médiatique, et fans de légendes. L’incompréhension sur « Fuh You », qui est le seul titre de l’album qui n’est pas écrit par Paul.
Oui, c’est changeant. Mais c’est entêtant, il fallait oser, il fallait le faire et le résultat est parfait pour les ondes. Et de plus on ne l’oubliera pas !
Alors qu’il reste bien des titres à découvrir, sachez que le meilleur reste à venir.

Oui, cet album est très très bon et fidèle à lui même. Assumant ses imperfections vocales du a son grand age, il arrive à nous faire encore plus aimer ses ballades, et propose de vrai instants de purs bonheurs : « Happy With You », « Confidante », « People Want Peace », « Dominoes », inspire à l’amour finalement. De belles chansons à la guitare, où quelque fois une batterie vient rythmer le morceau, pour lui donner plus d’ampleur.
Rythme au tempo lourd, efficace, plus ou moins rapide et très similaire sur certains morceaux (si cela devrait être un bémol, celui là en serait un !)
« Hand In Hand » se veut trop courte dans sa durée pour être apprécier pleinement (dans l’exercice je suis plus preneur d’un titre comme « I don’t know »)
« Back In Bresil » tente un autre style également. Ambiance bossa nova et instrument

Maitre de la composition et de la construction de ses chansons, les deux derniers titres en sont la preuve par leur rythmes changeants sous forme de medley qui rappelle l’époque Beatles sur l’album « Abbey Road » ou des Wings sur le titre « Live and Let Die« .

Paul excelle dans la facilité qu’il a à nous embarquer dans son voyage tout au long de ses 16 morceaux, de chanson en chanson, variant les styles, les instruments et les ambiances sonores : orientales, brésiliennes, pop moderne, rock british chorale – sur « Do It Now » notamment, qui me fait penser à un certain Freddie Mercury.
De ballades en ballades, de chansons taillées pour la scène, et celles qu’on adulent depuis toujours, des émotions se mêlent tant par la qualité d’en donner toujours plus à l’auditeur que de tenter des nouvelles sonorités sans jamais se tromper.
Les bases sont solides, les acquis qui font leurs preuves depuis 50 ans, en les modernisant avec les technologies musicales d’aujourd’hui, elles aussi séduisent le public.

On est nombreux à prendre le train en marche, on est peu à rester sur le quai, et c’est une fois dans cette locomotive, les yeux rivés sur la vitre, à chaque station de gare qu’on pensait avoir tout vu, tout vécu et tout entendu. Sur le trajet, on se retourne de l’autre côté, avec dans l’espoir que le siège passager soit toujours occupé par Paul McCartney !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :