Acid hard rock et hard rock progressif : focus sur une glorieuse fusion.

Les frontières entre les genres présentés plus haut sont parfois minces. A l’image des pink fairies , dont la sauvagerie annonçait clairement l’avènement du hard rock, d’autres groupe vont s’amuser à voguer entre plusieurs influences.

Si ce mélange ne fait pas forcément d’eux des précurseurs, il leur à souvent permis de se différentier, et fait l’originalité d’œuvres hybrides, et souvent intemporelles. On a ainsi vue le hard rock flirter avec le psychédélisme et rock progressif des semaines après le déclin des adeptes du LSD.

Les représentants du hard rock psychédéliques à avoir connus le succès sont rares, et on citera surtout quelques titres de Hendrix, et surtout le blue oyster cult. Fondé en 1967, par les rock critics Sandy Pearlman et Richard Meltzer, le groupe ne prendra son nom qu’en 1971, suite au conseil avisé de Patti Smith.

Image associée

Entre temps, les musiciens ont construit leurs sons en effectuant quelques premières parties pour Muddy Water et le grateful dead. Cette cohabitation avec le patron du blues, et le groupe le plus planant du monde, à sans aucun doute influencé le Cult, qui attire l’oreille des cadres d’elektat en 1969.

Les musiciens signent alors un contrat, puis enregistrent deux disques sans intérêt, avant de découvrir la furie du MC5 et la noirceur de black Sabbath. Les deux groupes sont, à l’époque, en pleine explosion après la sortie de leurs premiers albums.

Le Blue oyster cult commence alors à mixer l’agressivité de la scène de Detroit avec la lourdeur de black sabbath, tout en conservant son gout pour le psychédélisme. Sortie sur le véritable premier album du groupe, sobrement intitulé « blue oyster cult », le résultat est un des plus gros succès de l’année 1972.

Premier volet de ce que les fan appelleront la « trilogie noir et blanc » , l’album propose un hard rock mystique et abrasif , qui donne une nouvelle dimension au hard rock. Sortie entre 1972 et 1974, « blue oyster cult » , « tyrannie and mutation » et « secret treaties » forment une trilogie musicale aussi incontournable que le I , II et III de led zeppelin.

Image associée

La formule hard psyché n’a pas toujours réussit au groupe s’y étant risqué, à l’image de Yesterday Children et Leaf Hound. Le premiers né en 1966 aux États Unis, en pleine explosion psychédélique, et façonne un rock violent et primaire, dans la droite lignée de Blue Cheers. Malheureusement pour eux , leur premier album « yesterdays children» ne sort qu’en 1970.

A une époque ou led zeppelin et Deep purple se disputent le sommet des charts, les larsens Hendrixiens du groupe paraissent déjà datés. Les « enfant d’hiers » paraissent alors mériter leurs noms, et sont rangés sur la même étagère poussiéreuse que le premier album de Vanilla fudge, sortie en 1967.

Le groupe ne se remettra jamais de cette injustice et, après l’échec commercial de l’album, les musiciens disparaissent définitivement des radars. Aujourd’hui, l’album commencent enfin à être réévaluer.

Comble de l’ironie, la violence et l’énergie du disque incitent certains à se demander si les américains n’avait pas annoncé l’arrivée du stoner avec trente ans d’avance ! Car les yesterdays children n’avait rien à envier à l’énergie de leurs contemporains, et leur reprise explosive du « evil woman » de cannead heat aurait pu s’insérer à coté de « Whole lotta love » et « smoke on the water » parmi les classiques du rock lourd.

Résultat de recherche d'images pour "leaf hound growers of mushroom"

De l’autre coté de l’atlantique, Leaf Hound n’aura pas une destiné plus brillante. Future gloire du hard blues anglais, Paul Kossof et Simon Kirke ont pourtant démarrés leurs carrières avec ces fous de la distorsion. Mais, sentant sans doute le vent tourner , ils sont parti dès 1969, pour fonder le groupe Free, qui entrera dans l’histoire.

Cela n’empêche pas les musiciens restant d’enregistrer un premier disque sous le nom de black cat bone. Mais l’album fait un bide et, sentant lui aussi le vent tourner, Rod Price part exploiter le filon prometteur du hard/blues en rejoignant Foghat.

Après un dernier remaniement, le groupe décide enfin de se nommer Leaf Hound , et enregistre « grower of Mushroom », qui sort en 1971. Sachant que les musiciens sont originaire du pays de led zeppelin, la sanction sera aussi terrible que celle infligée aux yesterdays children.

La pochette coloré fait fuir les hardos, et le disque est rapidement relayé au back à solde. Il sera lui aussi largement réévaluer par la suite, et deviendra un objet de collection. La encore, notre vision moderne nous oblige à saluer ce garage rock hargneux qui n’a pas pris une ride.

Proto stoner, proto metal , appelez cela comme vous voulez mais le résultat reste le même , trente ans après sa sortie la sauvagerie de « grower of mushroom » impressionne toujours. Le groupe parviendra d’ailleurs à se reformer, et sortira une poignée d’album entre 1994 et 2006. Mais aucun n’atteindra ce niveau d’efficacité, faisant de « grower of mushroom » un album culte et prisé des collectionneurs.

Résultat de recherche d'images pour "atomic rooster death walks behind you"

Entre temps , après l’échec de « grower of mushroom » , le chanteur Peter French claque la porte pour faire une petite apparition dans le groupe de hard rock progressif atomic rooster. Le groupe fut fondé en 1966, par Carl Palmer, qui ne restera que le temps d’enregistrer un premier album.

Ce passage éclair est pourtant suffisant pour donner au groupe un son atypique, sorte de mélange entre le rock orchestral des moody blues, et le hard rock plombé de black sabbath. Cette personnalité si particulière est saluée par le succès commercial inattendu de leur premier album, avant que le groupe n’enregistre son chef d’œuvre en 1971.

Nommé « death walk behind you » le disque est un hybride parfait entre les deux genres dominants de l’époque : le rock progressif et le hard rock. Le groupe publiera ensuite des essais honorables, mais loin du niveau de beauté sombre de « death walk behind you » ,avant d’être stoppé net par le suicide de Peter Crane en 1989.

Plus commun à ses débuts, Uria Heep a entamé sa carrière avec trois disques de hard rock dans l’ère du temps. Le succès est au rendez vous dès la sortie de « look at yourself » en 1971, mais la critique méprise ce groupe opportuniste, dont le son se rapproche trop des grandq disques de deep purple pour être honnête.

Résultat de recherche d'images pour "uriah heep demons and wizard"

Elle oublie un peu vite qu’Uria Heep fut fondé en 1967, soit deux ans avant la sortie de « in rock » , le premier pas de deep purple dans le hard rock.

Mais qu’importe, Uria Heep à déjà contredit toute ces critiques avec le très travaillé Salisbury, sortie en 1971. A l’image de sa chanson titre, le disque voit le groupe mêler son hard rock aux instrumentaux bucoliques de Yes.

C’est d’ailleurs Roger Dean, l’illustrateur responsable des pochettes de Yes, qui conçoit l’emballage des albums « demon and wizard » et « the magicien’s birthday » , sortie en 1972. En une année , Uria heep aura produit deux chefs d’œuvres qui le place comme le plus grand représentant d’un rock classieux, fait d’instrumentaux puissant et rêveurs, et de textes digne de Tolkien.

Et puis il y’a les joutes de guitares de Wishbone Ash , qui culminent sur les envolés mélodiques de l’album « argus ». Aujourd’hui, Uncle Acid à même réussit à faire cohabité les mélodies acides de « sergent pepper » avec les riffs sombre de black sabbath. Le résultat, contenu sur l’album « the night creeper », montre qu’on peut encore enregistrer un album atypique en ce début de second millénaire.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s